Partagez | 
 

 [An 4304] Opération Poing Flamboyant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rép. de Munto Cordia

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 14/12/2010

MessageSujet: [An 4304] Opération Poing Flamboyant   Ven 28 Avr - 19:07




PNJ : Anna Derreck
Date de Naissance :4282
Sexe : Féminin
Profession : Capitaine du CSS Strasbourg
Nationalité : Munto Cordienne
Race : Humaine




Opération Poing Flamboyant

Orbite géostationnaire de Epsilon Inanis XXX, Croiseur léger de la République de Munto Cordia CSS Strasbourg, Heure locale : 02:37.

Anna surveillait la passerelle de son vaisseau alors que ce dernier achevait la manoeuvre de mise en orbite. La petite lune de la géante gazeuse comprenant déjà plusieurs avants postes des “Epsiloniens”, elle avait choisi de se positionner sur une orbite qui la masquait continuellement à la vue des télescopes potentiels des autres mondes du système solaire qui auraient la bonne idée de pointer dans sa direction. Le croiseur léger avait reçu pour mandat de rester très discret pendant le règlement de la question de Blue Siniscone. La mission prévoyait un débarquement des commandos, une attaque au sol rapide, puis une frappe aérienne pour détruire tous les moyens de transport des populations locales. Blue effectuait actuellement les relevés militaires des installations localisées en surface. Une petite région de la planète abritait une petite douzaine de villages et un petit bourg, pour un total d’environ trente mille habitants (quatre pops). Blue prit note de l’information pour son propre rapport. Il faudrait prévoir deux cargos pour évacuer les ressortissants de la Voie Lactée de cette lune, et non plus un seul. Les dispositifs de surveillance au sol avait également indiqué la présence d’une piste d’atterrissage qui servait apparemment de QG aux forces de Siniscone. Les premiers relevés, fait depuis l’orbite, et les photos satellites suggérait la présence d’environ deux cents hommes. Des miliciens, faiblement armés. Mais il fallait à présent lancer la reconnaissance aérienne pour qu’elle puisse faire un briefing convenable aux commandos.

[Cpt. Derreck] Déployez le drone, ordonna-t-elle à son équipage.

Et aussitôt, sous le ventre du croiseur, à l’avant, un petit pod d’entrée atmosphérique se décrocha. L’ordinateur de bord du drone prit immédiatement la relève et pilota le pod pour qu’il se positionne sur une orbite de taxi bien circulaire autour de la planète. Il effectua ses calculs d’entrée atmosphérique, programma sa trajectoire au millimètre prêt, calculant une courbe d’atterrissage en tenant compte des paramètres de frottement de l’air dans l’atmosphère, puis effectua sa manoeuvre. Quelques coups de son propulseur à faible puissance réduisirent sa vitesse orbitale jusqu’à une vitesse de chute, et le pod se laissa tomber dans l’atmosphère comme une pierre. Anna Derreck abandonna la passerelle de son croiseur et lança dans son oreillette :

[Cpt. Derreck] Lieutenant Haoi, en salle de briefing dans cinq minutes pour réception du rapport de reconnaissance. Emmenez vos hommes.

Le lieutenant en charge du commando au sol acquiesça et confirma la bonne réception de l’ordre tandis qu’Anna ouvrait une connexion avec le drone depuis sa tablette personnelle. Ce dernier avait désormais atteint une altitude de cinq mille mètres, et ses aérofreins s’étaient déployés, ralentissant fortement sa chute et faisant décroître sa vitesse de vol jusqu’au niveau requis pour l’ouverture du pod. Sitôt la vitesse de chute stabilisée à cinquante mètres par secondes, les volets métalliques furent séparés par pulsion hydraulique, révélant un petit drone espion, d’environ deux mètres d’envergure. Doté d’un moteur silencieux et de petite taille, de quatre hélices et de diverses caméras (thermiques, infrarouge, rayons X, ultraviolets) et appareils photos, ainsi que d’appareils de relevé topographique permettant l'élaboration de petites cartes en trois dimensions, c’était un petit bijou de technologie fédérale, capable de fournir des informations extrêmement précise aux combattants au sol. La République n’ayant que très peu de ces appareils, et ces derniers étant très compliqués à produire dans leurs conditions actuelles, la récupération du drone était donc une priorité de la mission.

Pour l’heure toutefois, il avait sa propre mission à accomplir. Activant ses quatre rotors jusqu’à la vitesse requise, il se décrocha du petit moteur spatial auquel il était fixé, et “s’éleva” au dessus de ce dernier. En fait le drone tombait toujours, mais deux fois moins vite, ce qui donnerait l’impression à un observateur extérieur qu’il “s'élevait” par rapport au "sol". Le pilote, sur la passerelle, laissa ainsi le drone réduire progressivement sa vitesse de chute jusqu’à atteindre une altitude de trois cent mètres, puis activa les caméras et commença à transmettre au capitaine Derreck.

De son côté, Anna était maintenant entourée, dans la rotonde de la salle de briefing, de la cinquantaine d’hommes du commando, qui s’installait sur les bancs et les estrades pour écouter son briefing. Elle prit donc le contrôle des caméras du drône, et entama un rapide passage en revue des différents points ou les caméras thermiques signalaient une présence humaine, l’ordinateur lui ayant déjà dressé une liste des clichés à vérifier. Elle écarta les animaux sauvages nocturnes qui avaient été associés à la liste, et commença le compte des cibles.

L’endroit était une petite cuvette, d’environ cinq kilomètres de profondeur. Il comprenait plusieurs hauteurs mesurant entre cent mètres et deux cent mètres de haut, et une rivière qui la séparait en deux. A l’ouest, une pinède couverte de petits arbustes et de quelques feuillus et pins un peu plus grand poussait sur les pentes du vallon, tandis qu'au nord-est, trois petits lacs démarquaient une zone marécageuse où poussait des arbres plus haut et plus touffus. Les collines, enfin, au sud, était presque entièrement recouvertes par la pinède, et au-dessus de l’installation, deux petites buttes surplombaient la zone. C’était elles qui constituaient le principal point stratégique de la région estima aussitôt Anna. Une batterie de stingers installée là-haut couvrait automatiquement toute approche aérienne de la base. Heureusement, elle repéra aussi, plus au nord, une petite butte d’une centaine de mètres d’altitude qui offrirait un bon itinéraire d’approche aux pilotes et un point de chute abrité de la couverture anti-aérienne. Hélas, lorsqu’elle commença son relevé des défenses, elle constata aussi (mais dû s’y reprendre à plusieurs fois), la présence de trois VBCI sur cette butte, et d’une ligne de défense conséquente des miliciens. Au total, plus d’une cinquantaine d’hommes. Logique estima-t-elle. C’était là le point faible de leur défense, normal qu’ils y concentrent le plus gros de leur puissance de feu.

En ayant terminé avec les relevés topographiques, Anna débuta la liste des défenses établies par les hostiles. Puis, constata que tout le monde était assis et l’observait, elle débuta son briefing.

Spoiler:
 

[Cpt. Derreck] Bonsoir messieurs. La plupart d’entre vous viennent peut-être tout juste de se réveiller, mais je tenais à vous signaler que sur la lune, il est très exactement 02:54. Vous serez déployés depuis vos navettes à 04:00 et atteindrez la surface 05:30. Objectif, que l’attaque soit réglée à 07:00, et la position sous notre contrôle à ce moment là. Nous pourrons alors évacuer les prisonniers et contacter la République pour le transfert des troupes d’évacuation. L’objectif de l’opération est simple : éliminer ou capturer Blue Siniscone. Contrebandière, reprise de justice, et collaboratrice des Xenos. Voilà donc la situation.

Nos systèmes ont repérer l’emplacement principale à partir duquel Siniscone agit probablement. Elle et sa communauté de fidèle ont colonisé une petite partie de cette lune pour y installer un ensemble de petits villages. Au total, un peu moins de trente mille personnes vivent dans cette région d’un peu plus de 10 000 kilomètres carrés. En suivant les routes et voies praticables qu’ils ont aménagé, nous avons localisé la seule infrastructure suffisamment importante pour accueillir les opérateurs de son réseau de contrebande. Il s’agit d’une petite piste d'atterrissage installée au fond d’une vallée, qui comprend un réfectoire, des entrepôts, plusieurs dortoirs et une tour de guet, ou une tour de contrôle. Plus probablement les deux à la fois.

Les forces ennemies dans cette installation se chiffrent à probablement deux cents hommes environ. Principalement des unités de milice. Toutefois, nous avons repérer au moins cinq véhicules blindés de transport d’infanterie, faiblement blindés et armés, mais redoutables pour vous compte tenu du fait que vous ne disposez d’aucun appui antichar, hormis les lanceurs de vos escouades. Nous avons également la certitude qu’un armement antiaérien a été installé autour de la base, et surveillent le ciel. Probablement des lances-missiles Sidewinder portatifs. Autrement dit, il n’y a aucun support aérien à attendre de l’escadron Arrawakk si vous ne parvenez pas à détruire ces équipements antiaériens. Nous supposons qu’ils sont positionnés au sommet de la butte qui domine la base, et à l’intérieur de la tour de contrôle/de guet. Ce sont les endroits qui offrent la meilleure couverture aérienne de tout le secteur.

Au titre des forces clairement identifiées, nous savons que les miliciens ont installé une ligne de défense le long de la butte située directement au nord de la base. Le drone a compté une cinquantaine de soldats et trois Véhicules blindés de transports d’infanterie. Et nous avons acquis la certitude qu’une batterie antiaérienne de missiles sidewinder, probablement défendue, a été installée au sommet de la colline. J’ai de forte suspicion sur la présence d’une de ces batteries dans la tour de contrôle. Nous avons enfin repérer deux des cinq véhicules dans l’installation. Ils sont à l’arrêt mais il y a fort à parier qu’ils trouveront un équipage si vous vous montrez trop téméraires. Restez donc discret jusqu’à ce que nous ayons la certitude de disposer de la supériorité aérienne.

Au vu de l’armement de l’ennemi, nous allons également devoir opérer de manière bien plus offensive que prévue à la base. Vous switchez tous sur un équipement entièrement létal. Fusil d’assaut M-403, Pistolets 9mm CC-15, et un minimum de un tireur d’élite, et deux AT-25 (roquettes antichar) par équipes. Silencieux et cache-lumières pour tout le monde. Vous changerez d’équipement en fonction des cibles. L’opération passe en code rouge.

Sur la stratégie adoptée : vous allez être débarqués au nord, au niveau des marécages. Les pilotes ont pour mission de voler en rasemotte sur vingt-cinq kilomètres, entre les arbres et au dessus de la rivière, et de vous déposer à cinq kilomètres de la cible, en rappel, dans l'eau, pour rester au minimum sur site. Dans le même temps, l’escadron Arrawakk stationnera sur orbite au dessus de vous. Il aura une fenêtre d’intervention limitée du fait de son orbite rapide, et pourra être sur site en moins de cinq minutes pendant une fenêtre totale de moins de vingt minutes entre 06:15 et 06:35. Au delà de ce laps de temps, vous devrez tenir sans support aérien pendant un laps de temps de plus en plus long puisque Arrawakk s’éloignera de vous sur sa fenêtre orbitale. Vous devez donc confirmer la zone d’exclusion aérienne avant 06:40 au plus tard, faute de quoi, il faudra faire sans Arrawakk.

A 05:30 donc, les navettes vous déposerons au site alpha. Vous progresserez en tiroir jusqu’au pied de la colline des sidewinder et vous regrouperez au pied de cette dernière à 05:45. L’assaut sur la position AA sera donné à 05:50 au plus tard, et doit être réglé à 06:00. Une fois la position prise, vous effectuerez une observation visuelle de l’installation. Sous les ordres du Lieutenant Haoi, vous établirez la tactique la plus efficace pour la prise de l’installation, et me tiendrez informée.

Votre objectif principal, dans cette installation, est la capture de Blue Siniscone, ou la récupération de toute information et de tout renseignement susceptible de nous permettre de la localiser, sur la lune comme dans l'espace environnant. En objectif secondaire, mais ce dernier est capital, il s'agira de récupérer notre drone. Sa perte serait terrible pour nous, et nous devons donc le ramener le plus intact possible à bord du Strasbourg pour réarmement et réutilisation en mission.

Des questions ? Bon. allez vous équiper.


Et moins de cinq minutes plus tard, les soldats du Lieutenant Haoi se regroupaient à l'armurerie pour récupérer leur équipement, sangler leurs armes et leurs gilets par-balles, récupérer l'ensemble des éléments qui pourraient être utiles au combat : lunettes tactiques, viseurs, chargeurs supplémentaires, grenades, armes de poings légère, tasers, flares, et autres ustensiles de communication tactique. A trois heures et quarante cinq minutes, ils se regroupaient dans le hangar du Strasbourg, ou l'escadron Arrawakk se préparait déjà à son déploiement, et embarquaient dans les petites navettes de débarquement au sol ... L'opération Poing flamboyant débuterait dans moins de deux heures à présent ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[An 4304] Opération Poing Flamboyant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Instruction Technique Armes de Poing
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deep Space Pioneer :: Section de jeu [Humanité] :: Guerres et Batailles-
Sauter vers: